RASSEMBLEMENT LUNDI 7 NOVEMBRE 2015 DEVANT LA PREFECTURE DE MARSEILLE

Contre la casse du modèle mutualiste,

Contre le démantèlement programmé de la sécurité sociale,

La Mutuelle du Pays Martégal appelle à un rassemblement devant la préfecture de Marseille LUNDI 7 NOVEMBRE 2015 à 13h.

 

COMMUNIQUE

LA CASSE DU MODELE MUTUALISTE

 

 A l’heure où l’on fête l’anniversaire des 70 ans de la Sécurité sociale créée en 1945 sous l’impulsion d’Ambroise CROIZAT, la politique menée par la ministre de la santé, Marisol TOURAINE, accélère et amplifie la casse de la protection sociale solidaire de notre pays.

 Les gouvernements se succèdent mais l’objectif central poursuivi depuis des années sous le faux prétexte de déficits, c’est bien la casse de la Sécurité sociale, seule garante d’une couverture solidaire des frais de santé, et l’ouverture d’un « marché » énorme et juteux au monde de l’assurance et de la finance.

 Avec ce qui est malheureusement devenu un véritable marché de la santé, toutes les mesures empilées au fil du temps pour désengager la Sécurité sociale, convergent avec acharnement vers cette même cible : baisse des taux de couverture, déremboursements, franchises et forfaits divers, tout ceci constitue autant de transferts vers les complémentaires santé, c’est-à-dire autant de « parts de marché » offertes au privé.

 Et comme si cela n’allait pas assez vite, le turbo est mis depuis deux ans avec la volonté d’offrir sur un plateau l’ensemble de ce marché à quelques gros opérateurs nationaux tels que compagnies d’assurance, institutions de prévoyance, grandes mutuelles :

- mise en œuvre de la complémentaire santé obligatoire dans les entreprises (ANI 2013), dont la clause de désignation qui avait été retoquée par le Conseil constitutionnel resurgit subitement avec la clause de co-désignation,

- loi sur l’appel d’offre des ACS, pour la couverture des personnes bénéficiaires de l’Aide à la Complémentaire Santé,

- et aujourd’hui, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2016, la lourde menace d’un appel d’offres spécifiquement réservé aux personnes de plus de 65 ans.

 Avec ces trois dispositifs qui limitent la liberté de choix, l’ensemble de la complémentaire santé est livrée à quelques grands groupes, tout en coupant les vivres à l’essentiel des autres opérateurs. Une honte quand on sait que les mutuelles à taille humaine oeuvrent quotidiennement pour une gestion saine et solidaire, pour une relation de proximité avec les adhérents, sans aucun but lucratif.

 Si ces projets venaient à entrer en vigueur, les conséquences en seraient dramatiques, tant pour les mutualistes que pour les mutuelles :

 - tout d’abord par la généralisation de la segmentation de la population, qui casse toutes les solidarités entre générations, entre actifs, retraités, jeunes, demandeurs d’emploi,

- ensuite par l’atteinte portée à la liberté de choix de la complémentaire santé,

- encore par la menace de voir disparaître des centaines de mutuelles, alors qu’elles rendent des services à la collectivité, en assurant un lien économique et social cohérent,

- enfin par la casse sociale menaçant les quelques 400 mutuelles de proximité qui représentent plus de 30 000 emplois qu’elles ont su préserver jusqu’alors.

 C’est la raison pour laquelle, avec l’ensemble des mutuelles adhérentes à l’ADPM comme à l’UNGMS, nos mutuelles participent à la mobilisation et iront jusqu’au bout contre la destruction programmée du système de santé et du modèle de proximité mutualiste qu’elles incarnent. L’absence des grandes mutuelles est à déplorer mais confirme l’intérêt qu’elles croient trouver dans ces évolutions.

 Une vraie modernisation du système de santé, à l’occasion du 70ème anniversaire de la sécurité sociale, aurait été de renforcer l’assurance maladie obligatoire comme 1er niveau de protection sociale incontournable, plutôt que de favoriser la généralisation de la complémentaire santé, au profit exclusif de quelques grands groupes.

 Si l’on veut faire baisser le renoncement aux soins pour raisons financières et améliorer la protection sociale de notre pays, il faut réduire le poids de la complémentaire santé en rehaussant les remboursements de la Sécurité sociale, et en renforçant la place des acteurs non lucratifs que sont les mutuelles.

 Nous poursuivrons notre combat afin de rendre la santé aux citoyens en exigeant le respect de la liberté de choix de sa mutuelle.

 Nous poursuivrons notre combat contre la Loi de santé et le PLFSS 2016, par une mobilisation sans précédent qui ne fait que commencer.

 Nous poursuivrons notre combat pour défendre nos mutualistes.

 

Le 4 novembre 2015

Les Présidents :

Christian AGNEL

Président de la Mutuelle du Pays Martégal

Edmond LAURENTI

Président de Sereina Mutuelle

Éric BOMPART

Président de la SERAMM

Michel LAPOINTE

Président de la Mutuelle Provençale de Cassis-Roquefort la Bédoule